Mood, Sexualité

Favoriser sa libido #1 : Libido féminine et charge mentale au sein du couple

Je poste des textes en image sur Instagram, qui ne sont pas accessibles aux mal voyants, je poste donc les versions textes de ces posts directement sur mon blog, d’où le format court assez inhabituel sur mon blog !
Voir le post Instagram

Quand la charge mentale n’est pas équilibrée au sein du couple, elle finit par tuer sa vie sexuelle à plus ou moins long terme : soyons claires, qui a envie de se faire prendre par un assisté au juste ? Par quelqu’un qui arrive à manquer d’empathie au point de tout laisser reposer sur nos épaules à nous ?

La seule solution pour venir à bout de ce déséquilibre, qui finit par donner à la majorité des femmes la migraine, à parfois leur faire croire qu’elles n’aiment plus le sexe, est de refuser que nos tâches soient associées à nos genres.

Une relation hétérosexuelle ne peut pas marcher si on entre dans le moule du couple « classique ». Si une personne me laisse subir quelque chose alors qu’elle pourrait intervenir, je considère qu’elle m’aime mal, et je n’ai aucune envie de coucher avec quelqu’un qui m’aime mal.

La fatigue et l’anxiété au quotidien peuvent couper toute sensation de désir, or elles font partie de notre mode de vie, nous les ressentons toutes et tous à titre individuel : santé, vie professionnelle, famille, finance, nous devons gérer beaucoup de choses ce qui implique logiquement une charge mentale plus ou moins forte. Moins on a de privilèges, plus elle risque d’être forte.

Quand on commence à vivre avec quelqu’un, beaucoup des considérations que nous avions à titre personnel, deviennent des considérations communes. Il n’est plus question de penser à soi uniquement : les courses, les repas, les papiers, les vacances, tout devient une affaire de couple.

Or notre éducation, selon que l’on ait été une fille ou un garçon, détermine complètement le succès de cette entreprise, où nous passons de une à deux personnes, puis de deux à plusieurs, si on décide de fonder une famille.

Ainsi, même s’il existe des exceptions, le schéma patriarcal sur lequel la société repose depuis des siècles, implique presque par défaut que la femme a un rôle bien particulier, quand l’homme en a un autre. Jusqu’à récemment encore, ces rôles n’étaient pas interchangeables, grâce au combat pour l’égalité des genres, ils ont fini par le devenir.

La société ayant donc évolué, une vision du couple qui pouvait être valable quand il était considéré normal que l’homme travaille pendant que la femme s’occupe du foyer, n’est logiquement plus valable mais a encore des répercussions en 2022 : on continue d’éduquer nos enfants sur base de ce schéma, de façon certes moins caricaturale, mais qui enferme toujours les garçons et les filles dans les rôles qu’on attribue à leur genre respectif.

Les garçons seront plus libres, auront moins de responsabilités, et leur mère sont de toute façon conditionnées à les assister davantage qu’elles n’assisteraient leur fille.

Arrivées à l’âge adulte, il est ainsi logique, il s’agit de pur pragmatisme, messieurs rangez vos égos, les femmes sont plus autonomes et efficaces que les hommes quand ils se retrouvent à vivre ensemble, et tout doucement, les rôles se mettent en place : généralement, la femme à qui on appris le sens du sacrifice et de l’abnégation, préférera prendre son mal en patience et même devenir, sans oser mettre le mot dessus, un substitut de mère pour son conjoint, plutôt que d’être dans la confrontation permanente.

Parce qu’on a finalement développé une forme d’incompatibilité avec l’homme, qui lui aura appris à savamment esquiver l’art de la communication, et du réglage de machine à laver.

C’est tout à fait classique, je ne réinvente pas la roue, mais il est important de poser ces constats, car le manque de prise de conscience est la source du principal problème, à savoir des inégalités.

Caricaturons un peu…

Madame est rentrée du travail, elle s’est occupée des devoirs, du bain, du couchage, de signer l’autorisation de sortie et a pensé à l’argent de la cantine, puis elle rejoint Monsieur au lit, qui la dernière fois qu’il s’est occupé d’emmener le gosse chez le pédiatre, et bah le gosse n’était pas né.

Monsieur qui a eu tout l’espace mental pour penser à lui, et être plutôt détendu, a donc forcément le zizi qui démange. Madame a juste envie de décompresser, et de lire 6 pages de son bouquin si ce n’est pas trop demandé. Peut-être qu’elle les lira ses 6 pages, mais tout du long elle sentira que Monsieur n’est pas content, alors un soir de temps en temps elle le laissera faire son affaire, pour ne plus sentir cette tension dans la pièce juste parce qu’elle a dit non.

Evidemment Monsieur qui n’as pas été éduqué à avoir l’empathie suffisante pour saisir l’ampleur du problème, se victimise en disant que sa femme ne le désire plus. Et que c’est à cause de ça qu’il traine un peu trop avec Sylvie à la machine à café.

Quand nous fondons une famille ce n’est donc pas l’arrivée des enfants en soi le problème, le problème est que nous enfantons, et que si les choses commencent à changer, la tâche de nous occuper des enfants nous revient par défaut.

Le secret du couple hétérosexuel, pour une vie sexuelle équilibrée et une relation qui peut durer longtemps : être un duo, on déconstruit tout, on fait table rase, on travaille son empathie à l’autre.

Le couple c’est pas un pneu de vélo, on oublie la rustine.

Share:

You Might Also Like

Leave a Reply