Partage l'article
Et/ou laisse un commentaire
Mood 26 • 02 • 15

Et si on arrêtait de se comparer aux autres ?

Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que ma confiance et moi on n’a pas toujours été en bon termes. La plupart du temps tout va bien, je ne doute pas de ce que je fais, dis ou entreprends. Mais parfois, quand je vois ma zone de confort s’éloigner de moi, je me surprends à penser que je n’y arriverais pas, que si j’échoue je serais lamentable. Je ne suis pas une personne stressée par nature, donc il s’agit plus de peur de l’échec et d’appréhension que de panique. Mon avantage est que je sais exactement pourquoi je suis comme ça, et le comprendre m’a aidé à avancer. Mais gardons la psychologie de comptoir pour un autre jour.

En connaitre les causes permet déjà de solutionner une partie du problème. Mais au delà de ces causes, on peut facilement affirmer qu’un manque de confiance en soi se traduit bien souvent par une peur des autres. Si on était sur une ile déserte on se poserait moins de questions avant de construire sa cabane. Ajoutons des gens avec nous sur cette île, regardons les construire leur propre cabane, nous allons soudainement trouver ce projet bien plus difficile. Faudrait demander son avis à ce pauvre Robinson. Si on échoue une première fois en étant seul, on parviendra bien plus aisément à relativiser, à apprendre des erreurs qui ont été faites, et à recommencer. En étant observé on va trouver cet échec bien plus dramatique, en se demandant ce que vont bien penser les gens, et surtout, surtout, on va comparer notre cabane à celle des autres. Le temps qu’on aura mis à la construire, son aspect, son rendu final, et même si l’intérieur de leur cabane est pourri, on ne le saura pas, on se contente de comparer nos façades, de trouver celles des autres plus jolies, et on se dit qu’on n’arrivera jamais à leur cheville, qu’il existe dans la vie plusieurs catégories de personnes. Les gens talentueux, et nous. Et si on va plus loin on entre alors dans une spirale infernale d’apitoiement sur soi, on devient négatif, et le pessimisme finit par nous achever dans ce cercle vicieux que l’on s’est soi même crée.

Je n’ai jamais été aussi bonne dans ce que j’entreprenais que lorsque j’ignorais complètement les autres, quand la seule personne que je voulais satisfaire était… moi. Ou une personne en particulier. Je n’ai jamais vraiment envié le premier de la classe qui aimait avoir de bonnes notes partout. Pendant mes années collège et Lycée j’ai globalement eu une confiance en moi et en mon travail déconcertante. Je savais où je voulais avoir de bonnes notes (et je savais quelles matières j’allais complètement ignorer, oui je sais c’est pas bien). Je savais ce que je valais, je n’avais pas besoin de savoir ce que valaient les autres. Mais bizarrement, si j’ai gagné une certaine forme de confiance en grandissant, j’ai développé un complexe d’infériorité permanent quand j’ai commencé à intégrer les autres dans le jugement de mes propres capacités.

D’abord en quittant ma fac de physique-chimie pour rejoindre ma fac de Lettres. J’arrivais dans un environnement social et culturel que je ne connaissais pas, je voyais les autres comme des personnes meilleures que moi par défaut. Je n’étais pas légitime. Vous allez trouver ça con, mais je venais d’une famille où la référence culturelle était l’inspecteur Tahar sur la parabole (si tu comprends pas c’est normal, c’est même rassurant, dis toi que c’est l’inspecteur Harry des blédards couplé avec Mister Bean). J’avais développé une « sensibilité artistique » grâce aux livres et aux films que je lisais et regardais, mais dans tous les autres domaines je me sentais complexée par les autres. Les autres qui parlaient d’art, tout en sortant machinalement le tabac de leur pochette jaune (celle avec un chameau, tu connais) pour rouler leur clope qu’ils fumaient ensuite allongés dans l’herbe. Des artistes qui discutaient de la pertinence de l’urinoir de Duchamp, une oeuvre qui aurait marqué le 20° siècle. Alors que moi je voyais juste un bobo qui avait sculpté des chiottes (j’ai changé depuis hein). Plus tard, entrer dans le vrai monde du travail, évoluer soudainement dans une sphère plus grande, tout en évoluant dans un monde où Internet pouvait tout à coup nous permettre de nous comparer à la planète entière, a suffit à sonner le glas. Me comparer aux autres me tétanisait.

Et le blog… Je vous parlais de ma confiance de loutre qui m’empêchait d’ouvrir mon blog pensant que je n’avais pas ma place dans ce monde. Finalement j’ai osé, quand j’ai commencé il y a presque 2 ans, à une période où je ne lisais quasiment plus aucun blog. Bon je n’ai posté que des recettes pendant 6 mois, « m’exposer » comme je le fais aujourd’hui était inconcevable. J’avais peur de recevoir des critiques et de ne pas réussir à les encaisser. Puis en étant à mon tour blogueuse j’ai forcément été confrontée malgré moi à tous les meilleurs blogs de la terre. A tout le talent de la terre. Une fois je n’ai rien publié pendant un mois tant cela me faisait perdre ma propre inspiration. Lors d’une courte période j’écrivais des articles impersonnels par précaution. Des articles où je faisais attention à mes propos, et à l’image que je renvoyais, si un jour je voulais collaborer avec de belles marques, il ne fallait pas que j’écrive les mots putain, merde ou encore pute (bon là c’est mort du coup), il fallait que je fasse comme elle ou elle. Il s’est avéré qu’à cette période j’ai failli transformer mon blog en fardeau, pour rien. Puis je me suis posée les bonnes questions, je me suis souvenue de celle que j’étais avant, de comment j’avais trouvé le courage quelques mois auparavant… Après tout je progressais déjà très bien en photo sans définir mes objectifs en tenant compte des autres, et sans vouloir atteindre le niveau de qui que ce soit, parce que j’aimais ça. Pas besoin des autres pour nous motiver. Finalement, je pars parfois dans des délires, je ne m’empêche pas de parler trop franchement, et j’ai un blog que j’essaye de garder à mon image. Or mon image m’appartient, personne n’aura la même, donc si je me base sur ce que je suis pour alimenter mon blog, il sera suffisamment original pour avoir sa place sans pour autant remplir des critères qui conviennent surement mieux aux autres qu’à moi. Il peut donc y avoir autant de blogs qu’il y a d’images, qu’il y a de personnes. A quoi bon voir les choses comme une compétition ?

Si j’écris cet article c’est parce qu’il reste de rares jours de faiblesse où quand je vois le talent des autres, je me transforme en loque. Des jours où j’ai toujours un complexe d’infériorité dans certains milieux. Donc je reste en retrait. Des jours où quand je lis le roman d’un auteur que j’aime bien, je me dis que je n’arriverais jamais à pondre un roman d’une telle qualité. Donc je n’écris rien. Des jours où quand je vois des photos culinaires spectaculaires, je me demande comment ils font. Donc je ne cuisine pas. Oui, dans mon cas cette tendance à la comparaison me pousse à la procrastination. Il est donc très important que ces jours finissent par ne plus exister. Et en ce moment je suis dans une bonne phase, où j’ai complètement lâché prise. Par exemple je veux lancer une chaîne Youtube depuis un moment, quand j’ai voulu voir ce qui se faisait de bien j’ai complètement été bloquée face à tout ça, à toute cette inspiration qui ne faisait que créer le bordel dans ma tête. Voir tous ces gens me donnait l’impression que je n’y arriverais jamais, ou que je n’avais rien de nouveau à apporter. Or depuis quelques semaines je vois les choses différemment, et je ne vous cache pas que vous m’avez beaucoup aidé, avec vos encouragements, quand vous me dites que vous aimez ce que j’écris, quand vous me dites que mon blog n’est pas comme les autres, que ce que j’y raconte ne se trouve pas ailleurs (ce dont je doute fortement mais vous savez ce qu’on dit, les lecteurs ont toujours raison)(oui j’ai décidé d’inventer cette règle que je décrète valable uniquement quand elle m’arrangera). Si j’écris cet article c’est aussi pour vous encourager à en faire autant, car encore une fois, je ne pense pas être la seule à me poser ces questions.

Et j’ai pensé à deux blogueuses que j’admire pour leur parler, qui elles ne m’ont jamais donné le moindre complexe, à qui je n’ai jamais ressenti le besoin de me comparer, qui dans leur succès sont plus que jamais encourageantes, j’ai nommé Garance et Coline (Ceci était la minute groupie).

Je tiens donc à préciser que je continue de suivre un tas d’artistes, photographes, écrivains, blogueurs, comédiens… dans un soucis d’inspiration et pour lesquelles je déborde d’admiration, mais je ne ressens aucun besoin de me comparer, déjà ce serait ridicule, et je pense que des gens ont le don de ne jamais vous complexer. Tout dépend de leur façon d’être, quand une personne est sincère, vraie, elle vous inspire bien plus facilement qu’elle ne vous complexe. D’où les 2 exemples que je donne.

Désormais quoi que j’entreprenne, j’ai décidé de d’abord essayer, sans même regarder ce que font les autres. Comme quand je faisais mes dissertations de Français, ou quand je me fichais de savoir que mes collègues de Fac avaient fini leur mémoire quand je n’avais pas encore commencé. Quand je dis que l’âge ne signifie rien… j’ai 27 ans, et la moi de 15 ans arrive à me faire avancer ahaha.

Et vous, que pensez-vous de tout ça ? Vous comparer aux autres peut vous aider ? Je suis sure que je ne suis pas seule au monde face à ce problème (en fait si j’étais seule au monde je n’aurais pas eu ce problème, mais passons). Je suis curieuse de connaitre votre expérience ;)

Des bisous, bonne soirée mes coeurs de belette.

38 commentaires

  1. Charlotte dit :

    J’ai adoré ton article, j’aime tellement ta façon d’écrire. Et puis franchement tu n’as aucun complexe à avoir, même si c’est très facile à dire, crois moi quand te lis et que je vois tes shoot et ton style je me sens vraiment toute petite et sans grand intérêt. Moi aussi ça m’arrive presque tous les jours de me dire que mon blog à celui des autres n’est rien du tout et ne vaut pas le tiens, ou celui de Coralie, ou encore d’Anaïs, de Blondie… et tellement d’autres. Continue à rester toi même, ça te vas tellement bien…
    xoxo

    1. dollyjessy dit :

      Merci Charlotte ! Je te retourne le conseil ;)

  2. Kévin dit :

    Je comprends totalement ce que tu écris et en même temps la vanité humaine veut que l’on se compare aux autres. Par moment, je pense même que c’est bien. Cela nous permet d’être meilleur dans certains domaines. même si on ne sera jamais les meilleurs.
    Après personnellement, je ne me compare pas aux autres, j’ai une maladie qui fait que depuis pas mal d’années me comparer aux autres est inutile et je me dis que l’on chacun ces problèmes et chacun ses bénéfices dans la vie autant vivre comme on l’entend. Le regard des autres devrait aussi peu importer.

    A bientot.

    1. dollyjessy dit :

      Oui c’est sûr que c’est dans notre nature, mais il ne s’agit pas pour autant d’une fatalité :) On est d’accord, parfois cela nous pousse vers l’avant (je parle d’inspiration dans ce cas), mais je parle ici surtout des situations de faiblesse où cela nous bloque. Bon courage pour ce que tu as, j’espère que ce n’est pas trop grave. A bientôt Kévin.

  3. La_Soixantine dit :

    Han ouaiiiiiis une chaîne Youtube ! Il me tarde de voir ça. :)

    Autrement, comme souvent cet article me parle et me touche. Sachant que je suis pas mal dans le besoin de reconnaissance vis a vis des autres… Pourtant paradoxalement, j’ai l’impression de faire ce que je veux sans me soucier des quand dirait-on. Je sais pas si c’est très clair tout ça, mais je suis dans un entre deux disons. ^^
    Après de mon avis personnel, tu n’as rien à envier à personne, tu sors du lot, tu as ta marque de fabrique et c’est top ! Et j’apprécie énormément ces articles à coeur ouvert que tu fais même si j’imagine qu’ils doivent pas être évidents à sortir. Je trouve ça courageux et inspirant.

    D’ailleurs c’est avec ce bel article que je vais aller faire un gros dodo et méditer là dessus.

    De gros bisous du Sud Ouest comme d’habitude ;)

    1. dollyjessy dit :

      Si si c’est clair, on est des êtres humains donc nous sommes bourrés de paradoxes, et heureusement que les choses ne sont pas noires ou blanches :) Merci pour tes gentils mots. Oh ils ne sont pas évidents dans le sens où il est très facile de mal s’exprimer et de mal se faire comprendre. Et que je peux donner une image de moi faussée, comme passer pour quelqu’un de très peu confiant alors que ce n’est pas le cas, toujours cette histoire de nuances ^^ Cela dit je reste dans la dimension des choses que je peux partager, qui pour moi ne sont pas si personnelles que ça quand j’y pense, je ne sais pas je suis claire :) Des bises !

  4. Colombines dit :

    Tu tombes encore une fois à pic Jessy, je suis au beau milieu d’une phase de comparaison et d’hyper-sensibilité intenses qui m’empêchent d’oser quoi que ce soit. J’avais très envie de publier mon dernier article, et il a été complètement incompris, du coup ça ne m’encourage pas non plus à oser être moi…
    Je me retrouve dans beaucoup des choses que tu dis, et le fait qu’un de mes modèles connaisse la même chose que moi m’encourage.
    J’ai un parcours un peu différent : j’ai toujours voulu être parfaite pour tout le monde et en toutes occasions, c’était la clé de mon estime de moi-même je crois. Enfin, pas tout à fait, mais je n’ai pas encore assez avancé sur ce sujet pour mettre le bon mot dessus ^^
    Bisous Jessy, continue d’être toi-même car c’est comme ça que tu me touches ☼
    Juliette

    1. dollyjessy dit :

      J’ai répondu sur ton blog du coup :)

  5. Lula Mhad dit :

    Cela faisait un petit moment que je n’avais pas lu un article si touchant et sincère sur un blog.
    A la fin de ma lecture j’ ai immédiatement pensé à la célèbre phrase de Sartre  » L’enfer c’est les autres « .
    Je pense que la comparaison à du bon quand on la prend du bon coté.
    Pour ma part ce n’est que source d’inspiration et de motivation pour me dépasser.
    Je ne m’arrête surtout pas aux regards des autres cela peut être destructeur.
    Tu n’as rien à envier a personne ! :)

    1. dollyjessy dit :

      Tu as parfaitement raison, merci pour ton gentil commentaire ;)

  6. Ténie dit :

    Voilà presque un an que je suis ton blog, sur lequel je suis tombée par hasard en tapant un jour « idée pour porter jupe patineuse » sur google. Et le hasard fait bien les choses : je n’ai pas découvert une blogueuse, j’ai découvert une personne accessible, drôle, touchante, à l’imagination débordante. Une personne inspirante. Une personne qui pourrait être une copine de fac, une voisine de palier, une cousine… Bref, ce qui est bien avec toi, c’est que ce que tu écris nous parle, nous fais réfléchir, nous incite à voir les choses avec un autre regard. Tu n’as rien à envier à certaines autres blogueuses un peu « déconnectées » (dont je ne citerais pas le nom) dont on a l’impression qu’elles font tout pour avoir l’air d’appartenir à un autre monde… Ne change surtout pas un iota de ce que tu écris ici, de ce que tu penses, de ce que tu es, cet espace, c’est un peu le notre aussi, et je m’y retrouve complètement.
    (Ah si, parfois je campe devant mon ordi en disant « et ben alors, qu’est ce qu’elle fait Jessy, elle n’a pas écrit depuis… 3 jours ! » [ouais je sais, la folle] mais chaque nouvel article est un peu comme un petit cupcake que l’on s’offre en récompense d’une bonne journée de travail ^^)
    Bises, belle journée

    1. dollyjessy dit :

      Ohhh tu gagnes la palme du meilleur commentaire du jour ^^ Non sérieusement il me fait vraiment très plaisir, et je suis ravie que tu aimes ce que je partage ici. Ca me fait réfléchir quand vous me parlez de mon rythme de publication un peu léger car j’aimerais aussi pouvoir publier plus souvent, j’y travaille ;) Bisous, à bientôt.

  7. Quel bel article !!
    Je suis comme toi, dans la même pensée !
    Je ne comprends pas cet intérêt que certains portent au fait de se comparer tout le temps, en mode « compétition » ah si elle elle voyage là j’y vais aussi j’suis jalouse, ah si elle fait ça moi aussi pourquoi elle est pas moi
    Le pire c’est quand tes amis te font ce genre de coup
    C’est triste …

    1. dollyjessy dit :

      Merci !! Ahaha oui j’avais écrit un paragraphe sur les amis, c’est en effet bien dommage..

  8. Lylellana dit :

    Et bien voilà un article plein de bienveillance et de bon sens qui résonne en moi plus que je ne l’aurais soupçonné en lisant le titre! Je suis arrivée là parce que tu fais la Une de Hellocoton, et ton titre m’a interpelée, étant en ce moment dans une optique de lever le pied sur mon activité principale pour en lancer une deuxième en parallèle (et donc dans une phase d’auto dissuasion par la comparaison justement!)
    Donc merci, tout simplement, pour ces mots juste et cette philosophie simple. En espérant que tu sois de plus en plus inspirée et de moins en moins complexée ;)

    1. dollyjessy dit :

      Merci à Hellocoton alors, je suis contente que l’article te plaise, et s’il peut te conforter ne serait-ce qu’un tout petit peu dans ton choix, j’en suis ravie ! Merci pour ton commentaire, et bon courage pour ce que tu entreprends ;)

  9. Camille dit :

    Toi, et moi avons beaucoup de choses en commun… Je me reconnais beaucoup dans ce que tu écris. Un bel article, très bien écrit, et qui fait du bien.

    1. dollyjessy dit :

      Merci Camille, je suis contente de lire cela !

  10. Virginie dit :

    Je me reconnais parfaitement dans on article. Le manque de confiance en moi est un gros probleme chez moi. Depuis que je blogue, le fait de se comparer aux autres c est intensifie. Pareil, certaines font de plus belles photos que moi, ou ecrivent de meilleurs articles, …alors a quoi bon continuer….Moi aussi ces jours la, j ai envie de tout arreter, rien envie d ecrire ou de prendre en photo. Ca me rassure de lire ton article. En tout cas continue, je decouvre a peine ton blog mais ce que j en ai vu est super et tres inspirant!!

    1. dollyjessy dit :

      Ce serait bien dommage d’arrêter pour des raisons pareilles, je suis contente de lire que mon article t’as rassuré. J’espère que tu reviendras alors ;) Merci pour ton commentaire, bises.

  11. AudreyH dit :

    C’est fou de voir que c’est quand tu pestes contre cette attitude si actuelle, ou que tu partages tes reflexions, petis coups de coeurs… enfin, toi TOI que c’est là, qu’en tant que lectrice, je m’attache!
    Ça prouve vraiment que (la majorité du temps) les gens n’accrochent pas à quelqu’un de soit-disant parfait, qui retient ses mots, qui semble sur de soi! J’aurais été insensible à un long post de blog comme celui-ci sur un sujet d’un point de vu objectif, qui semble trop beau pour être vrai, sans laché-prise!
    Et c’est rassurant de l’expérimenter; le sous-titre du blog de Colombines (ci-dessus) résume très bien la chose: « Be yourself, everyone else is already taken. » – Oscar Wilde. Nos amis aprécient nos qualités, avec nos défauts, et nos doutes, alors autant ne pas les cacher!
    Merci de partager cette réflexion et d’aussi bien écrire à son propos (la métaphore de la cabane en solo, bravo!), car c’est un problème que je cherche à nier, mais je l’ai bien aussi ^^
    Bonne soirée!

    1. dollyjessy dit :

      C’est gentil Audrey, merci pour ton commentaire, ça me touche ;) A bientôt, des bises !

  12. Grenadine dit :

    J’aime beaucoup cet article :)
    Je trouve ça incroyable que tu puisses douter de ton blog. Il est tout simplement superbe ! Le visuel est agréable, tes photos cuisine ou mode sont très réussies, tu abordes des sujets très intéressants et tu es marrante :)
    Je suis aussi du genre à me comparer à tout le monde d’où une confiance en moi au ras des pâquerettes ^^
    Mais en lisant cet article, ça me rassure un peu de savoir que chacun d’entre nous connaît ce genre de mauvaise période. J’aime beaucoup le fait que tu exposes ainsi tes « faiblesses », ça donne une dimension humaine qu’on ne trouve pas dans certains blogs.
    Je suis une lectrice régulière de ton blog. Je ne commente jamais tes articles mais ça m’a paru important de commenter celui-ci :)
    Bref, je t’encourage à continuer sur ta lancée et à oser réaliser les projets que tu as en tête ;-)

    1. dollyjessy dit :

      Merci ! Disons que je doute surtout des contenus à partager sur le blog. Enfin je me dis que c’est aussi une façon de prendre du recul. Je suis contente que tu oses enfin ton premier commentaire dans ce cas, à très vite Grenadine ;)

  13. Amandine dit :

    Merci Jessica pour cet article très touchant, j’ai l’impression que j’aurais pu l’écrire (enfin sans ta justesse de propos et dans un style différent surement… ah non, je suis en train de me comparer à toi ! ;) )
    Je comprends tellement ce que tu peux ressentir, venant moi aussi d’un milieu très modeste. Chose que j’ai appris à dissimuler depuis très jeune d’ailleurs, à tel point que même des amis proches n’en ont pas toujours conscience. Car comme j’ai fait une prépa et une école d’ingé, j’évolue depuis longtemps avec des gens d’un autre milieu, et forcément, je me suis toujours sentie « inférieure » aux autres malgré mon bon niveau scolaire… Et encore, je ne le ressentais pas trop pendant ma scolarité, mais quand j’ai commencé à chercher du travail, j’ai vraiment réalisé que j’avais 0 confiance en moi et 0 charisme. Et postuler à un job quand toi-même tu ne te crois pas capable de pouvoir faire l’affaire, forcément ça ne fonctionne pas…
    Comme toi, il y a des moments où je ne peux pas m’empêcher de me comparer aux autres, et ça se traduit aussi par de la procrastination et le sentiment d’être vraiment nulle, une peur de l’avenir aussi. Mais comme tu le dis, il n’y a rien de plus contre-productif que de se comparer aux autres. Il faut savoir avancer sur son propre chemin et apprécier ses progrès au fil du temps, sa propre évolution, c’est ce qui compte vraiment. Mais pas facile de toujours garder ce cap ! En tout cas, je pense que tu peux être fière de toi, de ce que tu es aujourd’hui et du fait que tu essaies toujours de positiver malgré ce manque de confiance en toi qui refait surface de temps en temps. Et de nous faire réfléchir et positiver nous aussi !
    Et je suis 100% pour une chaîne youtube, d’ailleurs j’avais beaucoup aimé ta vidéo pour réaliser des pompons en papier.
    Désolée pour ce pavé et ce racontage de vie… Continue d’avancer comme tu le fais, sans te soucier des autres ;) Bises !

    1. dollyjessy dit :

      Rassure toi j’aime les pavés, tu as dû le remarquer ! C’est gentil de partager ton expérience avec nous, en tout cas j’espère que ta recherche de travail s’est bien terminée ;) (Ce serait une chaine complètement différente mais je n’en dis pas plus ^^) A très vite Amandine, des bises.

  14. Laurelas dit :

    Ton article me parle beaucoup – et c’est fou ce que le regard des autres peut être handicapant, pour peu qu’on le laisse devenir trop important que tout le reste.
    Je pensais avoir confiance en moi, et c’est certain que ça a beaucoup changé depuis mon adolescence, mais pas partout. Si j’ai gagné en confiance au quotidien, pour m’exprimer par exemple ou assumer « mon style » (disons plutôt mon apparence) parfois j’ai l’impression qu’avoir un blog me fait régresser, et c’est dommage car ce n’est pas le but.

    Comme toi, parfois (souvent..) le « talent » des autres me paralyse (même si souvent il m’inspire aussi beaucoup, faut pas déconner) alors que c’est totalement subjectif.

    Le perfectionnisme s’en mêle, et là c’est la catastrophe. Mais je me soigne. Doucement, à mon rythme.

    1. dollyjessy dit :

      En effet il y a plusieurs types de confiance, en tout cas tu en es consciente et tu as l’air bien partie :) Merci pour ton commentaire, et de partager ton expérience avec nous ! Bises à bientôt.

  15. Je pense que j’ai suivi la même évolution que toi. Je me suis lancée sans regarder ce que d’autres faisaient…

  16. Ghislaine B. dit :

    À vrai dire je ne te suivais pas et j’ai découvert ton blog grâce/à cause de la Une d’Hellocoton, le titre de ton article m’a attirée du coup j’ai cliqué ! Au final j’ai adoré ton article parce que finalement je me retrouve dans ce que tu as écrit. J’étais moi aussi complètement différente entre mes années lycée où je me foutais des autres (j’étais la première de la classe en BEP et BAC Pro) et je faisais tout pour faire ce que j’avais envie de faire : en l’occurrence rentrer à la fac et faire des études supérieures mais aujourd’hui à l’heure de mon 2e BAC + 5, j’ai des doutes parce que j’aimerai partir travailler à l’étranger mais je suis une quiche en langue étrangère et j’ai peur de passer pour une truffe.
    Et le plus grand complexe que j’ai au final c’est que je me compare à mon chéri qui lui parle 4 langues couramment et ne vois pas la difficulté de partir.
    C’est là que je me dis que j’aurai mieux fait d’écouter dans les cours d’anglais au lieu de dessiner.

    Pour ce qui est de mon blog je me compare parfois (souvent) aux autres blogueurs « voyages » qui partent souvent et qui font des articles sur plein de pays/villes parce qu’ils partent souvent en voyage ou qu’ils sont carrément partis vivre loin de la france. J’envi un peu cette inspiration qu’ils ont à nous faire partager ce qu’ils vivent alors que moi j’ai pas l’impression de transmettre ça alors que c’est principalement le but de mon blog : partager avec mes lecteurs les découvertes et voyages que je fais.

    Après ce commentaire de 3 kilomètres ^^ tu l’auras compris je me compare souvent aux gens qu’ils soient de ma famille ou qu’ils soient avec moi en cours, au boulot ou sur la blogosphère, ce qui fait que j’ai pas mal de coup de mou et remise en question pour un tas de choses alors que finalement il suffit parfois d’être un peu tolérant avec soi même et ne pas regarder les autres (j’ai adoré l’image de la maison!).

    Bonne chance pour la suite.
    Bises à très vite

  17. Hey Lo dit :

    Coucou!! je me sens très touchée par ton article, parce que je me retrouve lorsque tu dis que tu as souvent manquée de confiance et que ça t’empêchait de te lancer. Personnellement, je suis souvent bloquée par mon sentiment d’infériorité, l’impression que je ne ferai jamais aussi bien que les autres et que du coup, ça ne sert à rien!!! J’ai découvert ton blog depuis peu et je l’apprécie beaucoup, car tu nous pousses souvent à aller de l’avant, à prendre confiance, et c’est une philosophie de vie qui m’aide beaucoup en ce moment… Je ne sais pas trop ce que je vais faire de ma vie, et pourtant j’ai mille passions, mille envies, mais mon manque de confiance me freine si souvent… Merci pour ces mots encourageants!!!!

  18. Moi, c’est justement ce que je trouve chouette avec ton blog : c’est un espace où tu racontes ta vie, de manière choisie bien sûr mais sans autre ambition (ou alors elle est bien cachée ;-P) que de partager des petits bouts de toi ici. J’aime te lire parce que ton écriture est vraie.

    Je pense qu’on passe tous par des phases où la comparaison aux autres devient paralysante. Ca m’est arrivé plein de fois, et il y a même un moment où j’ai arrêté totalement de lire d’autres blogs parce que je n’arrivais plus à écouter ma petite voix intérieure, celle qui me disait ce dont j’avais vraiment envie. Comme toi, je regardais unetelle ou untel dont les articles étaient tellement plus accrocheurs, les photos tellement plus lumineuses…. Il faut du temps pour savoir écouter sa propre voix et se faire confiance, mais je pense que c’est la meilleure manière de bloguer: avec une réelle sincérité !

  19. Albane dit :

    C’est la première fois que je commente ton blog même si je le suis depuis un bon moment déjà. Simplement pour te dire que je me reconnais entièrement dans ta description, cette manie qu’on a à se comparer aux autres et à se dévaloriser, alors que on ne peut tout simplement pas être parfait. Certains seront meilleurs que nous dans certains domaines, mais nous somme aussi meilleur que d’autres. Et c’est comme ça. Je suis comme toi, je me remet en question et quand je vois quelqu’un qui réussit mieux, je me dis « A quoi bon essayer, il fera mieux que moi », et donc j’abandonne avant même d’avoir essayer.
    Je ne sais pas comment remédier à ce problème même si j’essaye de faire les choses pour moi sans prendre en compte ce que les autres peuvent en dire; c’est difficile mais je suis sur la bonne voie je pense.
    Merci pour tes articles qui me parlent toujours et qui changent de ce qu’on peut lire sur d’autres blogs qui font trop attention à leur apparence justement ! :)

  20. Jack dit :

    Parfois, on peut aussi perdre confiance en soi à cause des autres. Pas parce qu’on s’est comparé à eux mais parce qu’on a échoué à cause d’eux : ils avaient le « pouvoir », on ne pouvait rien faire contre et on a perdu. C’est difficile d’expliquer ce qu’on ressent alors. On sombre dans le pessimiste, on n’a plus envie de vraiment s’investir parce qu’on se dit que le résultat ne dépend pas de nous mais des autres. Ca peut façonner un aspect de notre personnalité : on part perdant, on avance sans conviction…

  21. Amélie dit :

    Bonjour,

    Très bel article! Je vous conseille le livre de Béatrice Millêtre « petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués ». Après l’avoir lu j’ai compris que j’étais une neuro-droitière et tout s’est illuminé. J’ai compris ma façon d’être, de réfléchir, mes doutes, mes différences… Je pense qu’il vous correspondrait également.. Bonne continuation pour votre blog et merci pour votre belle écriture!

    1. dollyjessy dit :

      Merci pour le conseil, je vais voir ça ! Merci à vous de me lire ;)

  22. AnnSo dit :

    La confiance en soi, vaste sujet.
    J’ai beau l’avoir traité plus d’une fois, j’ai l’impression d’avoir encore et toujours des choses à dire. Quand je trouve certaines réponses, d’autres questions sont soulevées.

    Encore une fois, ton article fait écho en moi ( je commente peu mais dévore ton blog et tes articles me parlent beaucoup ).

    Pour en revenir à la confiance en soi, ce n’est pas un problème nouveau mais j’ai l’impression que les choses sont décuplées avec les réseaux sociaux et particulièrement Insta ( même si j’adore ce réseau ! ) Quand on voit les clichées des vies apparemment parfaites des autres, la nôtre nous semble tellement fade et on se sent tellement inférieure !

    Tu donnes l’exemple de blog et dans mon cas, c’est particulièrement parlant. Je me suis lancée il y a un moment maintenant. Et si je suis toujours autant passionnée, j’ai bien du mal à me trouver, trouver ma voie et trouver ma place dans ce monde. Il y a tellement de blogueuses douées que je me dis souvent que je dépense de l’énergie pour rien. Je n’arriverai jamais au niveau que je souhaiterai. Pourtant, je suis incapable de lâcher. On n’explique pas la passion.

    En tout cas, tu sembles être sur la bonne voie ! C’est pas évident de combattre ce fléau du manque de confiance en soi mais tu sembles réussir à le museler pour faire ce que tu souhaites et c’est déjà une grande victoire !

    1. dollyjessy dit :

      Oui je suis d’accord, on peut toujours aller plus loin et dire d’autres choses, d’ailleurs c’est pourquoi j’ai souvent peur de me répéter quand j’aborde la question ! Je suis contente que tu prennes la peine de commenter surtout si ce n’est pas une habitude, je te remercie. Oui les réseaux sociaux sont bien souvent une loupe de la vraie vie. Je pense qu’il ne faut pas essayer de trouver sa place, déjà le monde est grand et tout le monde a sa place et quelle que soit la discipline on sera toujours impressionnées par les meilleurs, il ne faut pas chercher à faire comme eux, juste essayer se donner les moyens de faire au mieux et se satisfaire de ce qu’on parvient à faire :) A très bientôt AnnSo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Instagramons - nous

épinglons – nous

  • Salade de tomates, f
  • Recette : Brownie au
  • Un joli canapé
Retour en haut
© 2013 Dollyjessy - tous droits réservés