Mood

Facebook : devrais-je fermer mon compte ?

J’ai ouvert mon compte Facebook très tard, même si tout le monde y était depuis longtemps. Je ne ressentais pas le besoin d’y aller et imaginais le temps que je ne perdais pas.

Lorsque j’ai été contrainte de sortir de la bulle que je m’étais construite, j’ai réalisé que de notre temps, la vraie vie sociale pouvait fortement dépendre d’une présence sur Facebook. Je m’explique, au travail on discute, on plaisante, on crée du lien social. Sur Facebook, on poursuit le lien social, on va plus loin, on ne fait plus que sympathiser, on fraternise.

Quand je pensais devenir une ingénieur coincée dans un laboratoire, façon Amy dans The Big Bang Theory, ou encore devenir une écrivain ratée dans une petite maison sur la plage, sympathiser, fraterniser, et faire des private joke avec des collègues était loin de mes préoccupations.

Et il faut dire que quand j’étais à la fac j’avais une vie complètement différente de la plupart des étudiants, j’avais un emploi du temps d’environ 70 heures par semaine, et j’avais D. Quand aurais-je eu le temps d’avoir une vie sociale normale et donc un compte Facebook ? Non pas que cela ne m’ait jamais manqué, je m’enfermais dans une sorte de solitude par choix et par nécessité à la fois.

Mais à la fin de mes études les choses on en voulu autrement, elles ont voulu que je doive finalement évoluer dans un milieu réellement social, que je finisse par vouloir travailler dans l’Internet, et que je ressente le besoin d’avoir une vie sociale comme on l’entend communément.

J’avais quand même déjà ouvert un compte Twitter, un réseau où les échanges se font avec des inconnus, où on reste dans sa bulle même en étant connectés. Puis par la force des choses je suis devenue la responsable des réseaux sociaux dans ma boite, je définissais des stratégies de présence pour des marques, et devais gérer leur page Facebook.

Face à une situation où je devais gérer subitement une vie sociale, une vie sociale d’entreprise, mon envie de tisser des liens avec mes collègues, et une nécessité professionnelle, j’ai enfin ouvert mon compte Facebook. C’était il y a 3 ans et demi environ.

J’ai pris conscience que moi, la fille qui par soucis de confiance pouvait parfois avoir du mal avec le lien social au quotidien, avait des facilités déconcertantes à entretenir un réseau virtuel. Je parvenais plus facilement à m’exprimer en ayant le temps de songer à ce que j’allais dire. Ma spontanéité mal contrôlée en face à face, devenait une spontanéité maitrisée face à écran.

Plus tard, j’étais plus proche de mes propres amis, je parvenais à montrer ma vraie personnalité à des collègues qui pouvaient avoir du mal à me cerner à cause de ma timidité. Un peu plus tard encore, j’ouvrais un blog et me faisais plein de nouvelles copines avec qui il fallait rester en contact simplement, sans quoi elles seraient plus difficilement restées mes copines.

Je suis devenue dépendante, je devais lire leurs contenus, je devais les aimer, les commenter. Je descendais parfois mon fil d’actualités par nécessité, sans plaisir, forcée. Je devais rester régulière, sans quoi j’allais manquer quelque chose.

Mais manquer quoi ?
Vous avez remarqué que les gens qui postent toute leur vie sur Facebook s’attendent à ce, quand vous les voyez, que vous soyez déjà au courant de ce qui s’est passé dans leur vie ?
Je caricature à peine:
“Alors quoi de neuf ?”
“Ben t’as pas vu ? Je ne parle que de ça sur Facebook !”
“Ben non désolée j’ai été occupée”
“Ah ouais d’accord, bon ben je suis fiancée quoi”.

Et vous avez remarqué que certaines personnes ne likent vos statuts uniquement quand vous, vous likez aussi les leur ?

Au final je me dis parfois que si je suis suffisamment importante pour les gens, ils prendront la peine de m’annoncer leurs grandes nouvelles ou de m’inviter à leurs évènements sans compter sur Facebook. Qu’en est-t-il des gens qui préfèrent la facilité de liker une photo Facebook à l’implication que nécessite un échange réel ? Ces gens, je les respecte, mais ne me respecterai-je pas davantage en choisissant de ne pas en tenir compte ? En choisissant de ne fréquenter mes réseaux sociaux uniquement quand j’en ai vraiment envie, de ne plus ouvrir ma page Facebook chaque jour que constitue ma vie, ce réflexe animé par mon souhait inconscient de respecter les conventions, d’être normale, d’avoir une vie sociale riche par la taille quand je peux me contenter d’une vie sociale riche par la qualité.

Quant aux nouvelles rencontres, Facebook est un excellent moyen de poursuivre le lien social, mais si on est fait pour devenir potes, cela ne devrait-il pas arriver même si je n’ai pas vu, aimé, commenté leurs publications ?

Aujourd’hui, si je fermais mon compte Facebook, ne gagnerais-je pas du temps que je pourrais passer à boire un café avec un ami qui a le temps de me trouver une place dans son emploi du temps ? Un ami qui s’en fiche de nos échanges virtuels, tant que quand on se voit, ce soit sincère et agréable.

Au fond, étais-je vraiment malheureuse quand je vivais dans ma bulle, quand les heures que je perds aujourd’hui chaque semaine sur les réseaux sociaux me servaient à lire, regarder des films, lire des pièces de théâtre et des poésies, écrire, passer plus de temps avec ma famille. Etais-je vraiment à plaindre, quand je pouvais passer du temps avec ma grand mère sans vérifier fréquemment mes mails et mes notifications sur mon téléphone ? En sachant que ma meilleure amie A. serait toujours là pour répondre au téléphone si j’avais besoin d’un “soutien social” ?

Car aujourd’hui si Facebook vient panser le mal de lien social que j’avais, pourquoi il m’arrive d’être triste quand je vois défiler les statuts de tous ces gens avec qui je n’ai plus aucun contact réel, si ce n’est un commentaire ou un “j’aime” de temps à autre ?

A vrai dire je n’ai pas la réponse. Mais c’est une réflexion que je tenais à partager avec vous.

Ce dont je suis sure, c’est qu’aujourd’hui avoir un compte Facebook me parait presque indispensable, même si a priori je pensais pouvoir complètement m’en passer. Toujours est-il que depuis le début de l’année, je remarque que je me connecte beaucoup moins, et j’utilise mon compte essentiellement pour discuter avec les gens, car il faut bien l’avouer, cela facilité grandement la tâche, tout le monde y est. Tandis que les mails et les sms c’est bien plus disparate et moins instantané.. De la même façon j’ai décidé d’utiliser mon compte Instagram uniquement quand j’en avais envie, et tant pis si mon manque d’activité compromet mon nombre d’abonnées.

Encore un article écrit un soir sans trop réfléchir, finalement je ne maitrise pas tant que ça ma spontanéité face à un écran ! Mais on s’en fiche, vous en pensez quoi vous ?

Des bisous, bonne soirée les coeurs de belette.

Share:

You Might Also Like

41 Comments

  1. Dorothée

    Hello alors moi je suis une ET car je boycotte tous ces réseaux sociaux j’ai décidé que ni FB ni instagram ni tweeter n’aurai vent de ma vie ou photo de moi ou les proches. Le contact humain est le seul qui soit fiable authentique et qui vaille la peine de s’y investir.
    merci pour ces articles de spontanéité bienveillante; )

    1. dollyjessy

      Ah oui, j’avoue que je n’irai pas jusqu’au boycott, avec le blog ce serait de toute façon difficile. Même si je suis contente que ce soit le blog qui fasse le plus d’audience, car on en pense ce qu’on veut, Instagram et les autres réseaux ne permettront jamais des échanges très profonds, à l’inverse du principal média social de la planète, le blog ! :)

  2. Julie

    C’est assez marrant puisque j’ai eu cette longue discussion avec une amie sur ce même sujet aujourd’hui. J’ai réussi à me sevrer de Facebook durant 2 ans. Et puis il y a quelques semaines, j’ai réactiver mon compte. D’abord pour récupérer des photos. Premier prétexte. Puis j’ai vu qu’une vieille amie était partit vivre au Québec, puis qu’un autre c’était mis à la photo, et qu’il postait ces clichés sur Facebook. Puis un récent collègue m’a ajouté… Et c’était reparti. J’étais fière de dire que je n’y allais plus depuis 2 ans. En une connection, j’avais oublié ce qui me faisait détester y aller. J’ai l’impression de vivre par procuration mais c’est pourtant une étape presque nécessaire pour vivre simplement. Combien de fois j’avais été zappée d’être inviter à une soirée puisque je n’avais pas eu accès à la discussion ? Bref, tout ce racontage de vie, pour te dire que je partage ce questionnement et ce paradoxe qu’est Facebook tout autant que toi. Et ça me paraît inexplicable. Mais ca fait plaisir de ne pas se sentir seule face à Facebook :)

    1. dollyjessy

      Le fait de t’entendre parler de sevrage résume bien le problème que j’évoque, on en fait rapidement une addiction même si cela ne nous rend pas forcément plus heureux. Une sorte de drogue douce ^^ Avec la distance c’est dur de ne pas utiliser Facebook cela dit, je comprends que tu aies replongé ahaha. Et pour les évènements c’est exactement ça…

  3. Mademoiselle Audrey

    Alors moi perso je n’aime pas Facebook, j’ai ouvert un compte aussi assez tard, un peu par “obligation” pour le blog… mais j’y vais quasi jamais
    j’ai aussi un compte facebook perso et ça fait des années que je n’y ai pas mis les pieds…
    Autant j’adore twitter et instagram en deuxième, mais Facebook j’arrive pas ;( plein de fois j’ai voulu le fermer

    1. dollyjessy

      Aucune raison de se forcer, si tu ne le sens pas tu as bien raison !

  4. La renarde

    MERCI! Comme je partage ton point de vue! Ayant déménagé dans le sud ouest, Facebook me permet de maintenir le lien avec mes proches et de me donner l’impression de ne pas trop louper ce qui fait leur quotidien. Néanmoins, plus le temps passe, plus je suis agacée par les personnes décrivant leur moindre état d’âme comme s’il fallait que toute la toile connaisse chaque recoin de leur vie privée… Du coup, je fais régulièrement le tri bien que par convention sociale tu ne puisses pas supprimer qqn que tu vois plus ou moins régulièrement… Du coup, soit tu subis leurs posts sans grand intérêt, soit tu les caches de ton fil d’actualité et entre ainsi dans une relation assez hypocrite… Le serpent se mord la queue! On est forcé de s’auto-censurer constamment pour ne blesser personne et ne surtout pas faire de vague. Mais la palme des réseaux sociaux revient selon moi à Instagram. J’ai ouvert mon compte depuis peu afin de partager les “coulisses” du restaurant que je tiens avec ma moitié. Je découvre les joies des personnes qui t’attirent sur leur profil en aimant un grand nombre de tes photos sans jamais pour autant te suivre (même provenant de blogueuses relativement “connues”), celles qui t’ajoutent et te suppriment si tu ne fais pas de même dans l’heure etc etc……. Quel intérêt à cette course aux followers hypocrite et vide de sens finalement? Le pire dans tout ça, c’est que malgré ma désillusion face à ma naïveté (quoi? internet n’est pas un monde de bisounours?) je continue à être complètement addict à cet outil qui permet tout de même de découvrir de chouettes univers comme le tien. Tu n’inondes pas ta page et c’est tout à ton honneur, tes publications sont d’autant plus appréciables! ;-) Désolée pour le pavé, je commente très rarement mais ton article a vraiment fait écho en moi!

    1. dollyjessy

      On peut dire que Facebook et les réseaux sociaux ont la faculté de décupler les comportements humains les plus classiques, le premier étant l’hypocrisie avec laquelle j’ai toujours eu du mal dans la vie réelle ^^ Concernant Instagram c’est pareil, je vois exactement de quoi tu parles, j’ai même des amies blogueuses qui ne me suivent pas mais viennent commenter ou liker de temps en temps mes publications. Elles doivent oublier que je vois clairement qu’elles ne me suivent pas ahaha. Du coup je ne sais pas quoi en penser, on s’entend bien quand on se voit, mais quand j’y pense je me dis que c’est quand même fou comme comportement ! Pas de mal, je préfère les pavés que rien du tout et tu as dû constater que je suis un peu la reine des pavés, on se comprend ;)

  5. calinette24

    Je ne vais sur FB que pour “discuter” avec mes “puces” et encore c’est souvent avec des heures voir des jours de décalage !!! C’est pour dire que on peut très bien vivre sans FB et autres sites…. Si on veut partager on peut parler de vive voix soit au téléphone soit en se rencontrant. Ce sont là de vrais contacts avec les autres ! Ecrire sur FB ne renforce absolument pas les liens…..

  6. Angie

    Merci de nous livrer cet article :) Je partage ton ressenti, c’est même un sujet de réflexion récurrent pour moi ces temps-ci. Surtout depuis que j’ai vu des gens s’autoliker sans arrêt sur mon fil, là j’ai senti que ça allait trop loin :)
    Finalement, plus ça va et plus je me sers de Facebook juste pour échanger dans des groupes avec des inconnus ou pour relayer des infos importantes (en termes d’actualité), garder quelques contacts avec de vieux copains/copines qui habitent loin, le blogging…
    Sinon avec les plus proches, bizarrement, la question de s’ajouter sur Facebook ne s’est jamais posée : on s’appelle et/ou on se voit même si ça n’arrive pas forcément souvent, ça s’est fait naturellement…de ne pas passer par FB.
    Comme tu le dis, on ne peut plus vraiment se passer de Facebook de nos jours, mais compter uniquement sur ce mode de communication pour entretenir ses amitiés, ses relations sociales, ce n’est pas forcément l’ultime solution non plus. Surtout quand on a un peu du mal avec le côté parfois (souvent ?) superficiel et évanescent de cette… agora moderne…

  7. agradiu

    bonjour, nous nous sommes inscrits mon ami et moi car à entendre nos amis on avait plus de nouvelles des uns et des autres par facebook……alors on a cédé!
    bilan c’est bof!!je regrette le temps de “on s’appelle, on se fait une bouffe”.
    merci pour cet article !!

    1. dollyjessy

      Allez ce soir on prend le téléphone ? ^^

  8. valerie

    Une fois de plus, malgré notre écart d’age je partage ton opinion et je trouve mal utilisée voir “galvaudée” l’appelation AMIS SUR FACEBOOK alors que les gens ont de plus en plus de difficultés à communiquer entre eux en direct…Normal quoi ! A bientôt sur ton blog sincère.

    1. dollyjessy

      Merci pour ton commentaire Valérie ;)

  9. Virée dans l'espaca

    Et bien moi je n’y vois pas autant d’utilité qu’avant. J’y reste surtout car, c’est un peu le MSN qui a disparu ahah ! Et puis pour ma page Facebook mais décidément je n’arrive pas à définir une stratégie.. Tu peux peut-être m’apprendre, hihi.

    1. dollyjessy

      Oui exactement, je me sers aujourd’hui essentiellement du service de messagerie, et de toute façon avec l’algorithme qui se cache derrière Facebook on ne voit pas grand chose, seulement une partie des posts de certains de nos amis :) Concernant la stratégie, je t’avoue qu’à titre personnel je n’en ai pas, je suis clairement un des cordonniers les plus mal chaussés ^^

  10. evelita Eve K

    bonjour,
    J’ai ouvert un compte perso FB sur le tard. J’y allais régulièrement, posais des photos, des com’s. Les mentalités ayant évolué (plus en mal qu’en bien), j’ai fini par tout virer, du coup, j’y vais très rarement (mon vrai nom n’est jamais apparu, c’est trop dangereux !). Je n’utilise que celui où je fais des concours, des com’s, tout ça sans importance.

  11. morgane

    J’ai déjà eu cette réflexion sur facebook… Puis je me suis dit “Attends, facebook est juste un site, est-ce vraiment ça le problème ou est-ce NOUS et notre conception des rapports humains ?”
    Finalement ça permet à tout le monde d’avoir un mini-blog. Les gens racontent leurs news, leurs joies, leurs peines… Je considère ça comme un skyblog géant avec une messagerie, et je fais souvent semblant de ne pas avoir vu une news sur facebook pour forcer les gens à me la raconter d’humain à humain, yeux dans les yeux :)

    1. dollyjessy

      Ah non tu as raison le problème n’est pas l’outil en lui même, ce sont évidemment nos usages ;)

  12. lesdoucesparoles

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec toi, avoir Facebook n’est pas indispensable. Je n’ai pas Facebook depuis deux ans, et je t’avoue que je suis vraiment mieux comme ça. Les relations sur Facebook restent, en général, uniquement virtuel.
    C’est vrai que c’est pratique pour garder contact avec quelqu’un, mais moi je préfère parler par SMS. Je trouve que c’est plus convivial, et ça prouve que l’on a pensé à la personne et non pas parce qu’on a vu qu’elle était en ligne.
    Bref ! J’ai une vie sociale et je n’ai pas Facebook. Je pense qu’il y a un juste milieu, c’est chouette pour parler de temps en temps, mais ce n’est pas l’outil indispensable pour entretenir sa vie sociale :)

    1. dollyjessy

      Ah oui c’est à prendre des pincettes, je le trouve indispensable pour continuer à gérer ma vie sociale comme je la gère aujourd’hui. Tu sais je pars du principe que rien n’est indispensable, du téléphone à la TV en passant par tout ce qui n’est pas une nécessité. Mais mis en contexte dans nos habitudes en société, on peut facilement se créer des besoins qui n’en sont pas réellement. Et tout est une question d’efforts, évidemment que je pourrais me faire violence et appeler tous les gens de qui j’ai envie d’avoir des nouvelles, rien n’est figé ^^

  13. MathildeL

    C’est une bonne question et je pense que notre génération en particulier, se demande si tout cela a vraiment du sens. Ton article tombe à pique pour moi, j’y pense beaucoup en ce moment, je me rends compte à qu’elle point aller sur facebook est un réflex. Depuis plusieurs jours, j’essaie de me demander pourquoi je me suis connectée à ce moment-là. Et pour l’instant je me rends compte que c’est souvent sans une vraie raison… Finalement, c’est par curiosité, pour suivre les actualités et surtout beaucoup par habitude. Je partage un autre de tes ressentis, la tristesse quand je me rends compte qu’une amie s’est mariée et attend un enfant, alors que je n’ai pas pris directement de ses nouvelles depuis un moment. Et la je me rends compte que le temps passe si vite ! Je pense que c’est ce qui me gène finalement le plus. Facebook a facilité la transmission d’informations auprès de notre cercle et ça aussi des avantages, c’est pratique il faut le reconnaitre. Mais c’est dommage parce qu’on ne va presque plus prendre directement des nouvelles de nos amis. Bien sur ce n’est pas le cas des amis vraiment proche et encore… Je me dis que c’est peut-être à nous de faire l’effort de revenir à un contact direct avec les gens qui importent. Peut-être que nous devrions simplement réapprendre à utiliser facebook. Ne devrions nous pas davantage être acteur que spectateur, je me pose aussi cette question.

    1. dollyjessy

      Oui c’est tout à fait ça, nous en avons simplement fait une habitude… Tu résumes parfaitement la situation avec ton commentaire, merci !

  14. sarrousse

    Il est bien ton article.
    Moi ce qui m’embête avec Facebook, c’est que ça réveille les pires côtés de ma personnalité : voyeuse, à me moquer des gens qui étaient au collège avec moi et qui ont une vie pourrie (enfin que j’estime nulle mais qui leur convient parfaitement alors c’est très bien pour eux). Et je déteste ça !
    Mais je n’arriverais pas à me désabonner je crois. C’est tellement plus facile pour rester en contact.

    1. dollyjessy

      Merci ! Au moins tu en es consciente ^^

  15. letizia

    je reste abonnée pour garder contact avec les amis pas vus depuis longtemps, les gens du lycee etc
    mais j’ai enlevé toutes mes photos
    j’ai déja assez a faire avec le blog lol
    et ce qui m’agace c’est quand on m’invite a jouer a candy crush saga aaa la ca m’enerve!

    1. dollyjessy

      Héhé, tu peux cliquer sur les notifications pour désactiver à tous jamais les invitations ;)

  16. Mia (It's Tea Time in Paris)

    Waouh, je me suis tellement reconnue dans ce post. Bon, moi je suis encore à la fac entendons-nous. Mais ce côté, 1000 à l’heure, pas le temps d’avoir la vie sociale des gens “normaux” de ton âge, et le Facebook un peu obligé, c’est toute ma vie. Et justement, ce que je hais avec Facebook aujourd’hui c’est que ça me fait me remettre en question constamment. Pourquoi je suis pas dans un bar tous les samedi soirs alors que les autres le sont, par exemple ? Et on a l’impression d’être “moins bien” alors qu’on ne devrait pas, juste parce que tout le monde balance sa super soirée et sa cuite de la veille sur ce fil d’actualités Facebook, et que nous on a pas fait pareil.
    Mais bon, ça a aussi ses avantages pour se tenir au courant, parce que tout le monde y est… C’est aussi à chacun de savoir l’utiliser à bon escient.

    1. dollyjessy

      Ah oui tu tombes dans un travers assez fréquent : comparer sa vie à celle des autres en se basant sur des publications Facebook ahaha. J’avoue ne pas le faire, d’ailleurs ça rejoint mon article où j’aborde la nécessité de se comparer aux autres. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire, comme tu dis tout est question de modération !

  17. Emilie

    Hello !
    C’est mon premier commentaire ici, mais je tenais à le faire sous cet article, car je le trouve très intéressant et lucide aussi. Pour ma part, je me suis désinscrite de Facebook il y a au moins 5 ans, et je ne regrette pas. Toutes les personnes qui tiennent vraiment à moi me le font savoir par mail ou par téléphone. Ça m’a permis de faire du tri en fait… Car concrètement, à quoi ça me sert de savoir qu’une connaissance du collège a tel job ou s’est marié, puisque de toute façon, nous ne sommes pas/plus amis. Et je trouve ça trop facile de “liker” une photo, ça veut tout et rien dire. Je préfère envoyer un petit sms, même si c’est pour dire “j’espère qu’on se verra bientôt, je pense à toi”.
    J’ai aussi gagné beaucoup de temps car comme tu le fais remarquer, c’est clairement chronophage. Et comme certaines le disent dans les commentaires, ça évite aussi de se comparer aux autres. Bref, je me sens nettement mieux depuis que je n’y suis plus ! Ça n’a pas été facile au début, mais maintenant, ça ne me manque pas du tout.
    Ta situation est différente à cause du blog (j’ai d’ailleurs dû utiliser Facebook dans le cadre de mon boulot). Cela me semble difficile pour une blogueuse de ne pas être sur les réseaux sociaux aujourd’hui. Mais justement, je trouve que tes pensées sont cohérentes, et tu n’es pas obligée de poster trois photos par jour sur Instagram. Tu peux encore faire ce que tu veux, tout de même.
    Bref, j’ai découvert ton blog il n’y a pas très longtemps (grâce à Lætitia) et je le trouve vraiment bien ! Continue ;)
    Émilie

  18. Aurélie

    J’ai ouvert mon compte assez tard aussi (en comparaison avec mes amis) et je ne saurais pas donner d’explication… Aujourd’hui, je m’en passerais facilement, j’y passe peu de temps et n’étant pas du genre à m’immiscer dans la vie privé des autres (même s’ils la partagent allègrement) ou à partager des éléments de ma vie avec des gens qui ne sont que des connaissances, facebook n’a jamais eu une grande importance pour moi. Je n’ai d’ailleurs jamais vraiment compris l’engouement que suscitait Facebook, ni pourquoi les gens prenaient plaisir à étaler leur vie comme ça, je suis trop pudique je pense haha
    Pour ce qui est d’instagram, je poste peu de photos mais j’aime regarder celles que les autres postent : les paysages, les tenues, de petits instants marquants, j’aime bien :)

  19. marie

    Article intéressant. Je n’ai ni Facebook ni Twitter ni instagram ni LinkedIn encore moins viadeo ou tumblr et pourtant j’ai une vie sociale professionnelle amicale bref en tout point de vue bien remplie. Je n’ai jamais ressenti de manque et d’envie concernant ces reseaux sociaux . Il y a tellement de chose a faire que ce serait triste que je reste devant mon ecran

  20. Alizorganic

    j’aime beaucoup ton raisonnement, c’est parfois déroutant lorsqu’on se remet en question mais au final ça fait toujours du bien !
    Alizée

    1. dollyjessy

      Tout à fait, et même si on n’a pas vraiment la réponse c’est intéressant de se questionner :)

  21. Dame_Grenouille

    Je vais sûrement passer pour une extraterrestre mais je n’ai pas de compte Facebook & je n’en ai jamais eu au grand dam de mes ami(e)s (pourtant j’ai 30 ans) – Je suis une rebelle ou une résistante comme vous voudrez. LoL !

    Du coup la moitié oublient de me souhaiter mon anniversaire parce qu’ils comptent sur Facebook pour leur rappeler… Mais je ne m’en offusque pas, leurs dates d’anniversaire sont sur une application dans mon Iphone, mais moi je leur avais demandé leur anniversaire pour le mettre sur l’appli… Bref… ^^

    J’ai quand même un compte Instagram & Tumblr.

    1. dollyjessy

      Non non tu n’es pas une extra terrestre, et je suis sure que dans l’espace ils ont bien mieux que Facebook ^^ Tu as quand même cédé à l’appel de Instagram, mais c’est différent comme usage :)

  22. Facebook me rend folle - It's Tea Time in Paris

    […] y a quelques semaines, c’était le post de Dollyjessy qui m’y a fait repenser. Elle s’y interrogeait sur son importance grandissante et sa […]

  23. Idea Vino

    Quel plaisir d’avoir rencontré ma blogueuse préférée, dans un de mes restaurants favoris!

    1. dollyjessy

      Ravie d’avoir rencontrée une de mes lectrices assidues, cela m’a fait vraiment très plaisir, même si ce fut une surprise d’être reconnue, surtout dans ce tout petit restaurant, cela n’arrive pas tous les jours ! Le monde est petit ;) Au plaisir de te revoir une autre fois, à très bientôt.

Leave a Reply