Partage l'article
Et/ou laisse un commentaire
Mood 22 • 10 • 17

Dans quelle mesure peut-on dissocier un artiste de son oeuvre ? Remise en perspective d’une question pas si évidente…

C’est une « réflexion ouverte », à plusieurs niveaux que j’ai envie de mener aujourd’hui. Inspirée par la récente sortie du film Gauguin, qui retrace une partie de la vie de l’artiste, et qui vient de générer une petite polémique quant à la pédophilie du peintre passée sous silence dans le film. Nous sommes en 1891, Gauguin 43 ans, alors en Polynésie, entretient une relation avec une jeune fille de 13 ans et l’épouse, avec l’accord de ses parents.

Aujourd’hui il semblerait que rien ne peut voir le jour sans déclencher une polémique qui parfois prendra le dessus sur tout le reste dans l’espace publique virtuel que composent Facebook, Twitter et autres médias sociaux. Un espace qu’on pourrait penser démocratique mais qui s’avère être tout le contraire. Une chose est sure, il est dur de le croire intelligent cet espace publique, une parole dominante prend le dessus, voire une deuxième, et il n’existe plus vraiment de place pour les demi mesures. Le débat en devient bien souvent manichéen, chacun dispose d’un avis sur tout, sans prise de recul, sans réflexion, il faut avoir un avis. De préférence assez tranché. Et s’y tenir dans l’idéal.

L’ennui est que sans nuance, il n’y a pas d’intelligence. Sans remise en contexte, il n’y a pas d’arguments, il n’y a pas de débats, seulement des conversations stupides et stériles. (Je vous parlais dans cet article de l’importance du contexte, et évoque régulièrement la notion de « nuance » sur le blog.) Et dans l’article d’aujourd’hui j’ai envie de soulever des questionnements dont les réponses ne sont pas forcément évidentes, et de prendre du recul en oubliant les pensées dominantes et le politiquement correct, gardez cela en tête avant de juger mes propos qui ne sont pas toujours à lire au premier degré.

Polansky.
Wagner.
Céline.

Vous avez tous vu un des films du premier, écouté une symphonie du deuxième et lu, si ce n’est entendu parlé, du célèbre livre du troisième.

Le premier est pédophile (bon il y a la présomption d’innocence partons du principe qu’il l’est pour m’arranger), les deux suivants étaient antisémites.

Je pourrais en citer plein d’autres. Je pourrais aussi parler de ces enfants stars des années 80 abusés par leurs producteurs, je pourrais citer tous ces acteurs que j’admire pour leur talent d’acteurs mais qui sont scientologues. Coucou Tom Cruise, John Travolta, Juliette Lewis, Elisabeth Moss. Ou d’autres qui tiennent des propos racistes ou haineux.

Pédophilie, racisme, antisémitisme, sexisme, agression sexuelle, déviance religieuse, homophobie, bref tant de comportements abusifs, illégaux, immoraux, impardonnables, concernant nombre d’artistes, de peintres, d’auteurs, d’écrivains, de cinéastes.

Je me suis toujours demandée, sans avoir de réponse évidente, si on devait faire une distinction entre la vie privée d’un artiste et son oeuvre.


Peut-on admirer le talent d’un acteur scientologue, fachiste, pire, pédophile ?

Je parlais de la série The Handmade’s Tales sur mon profil Facebook, série que je vous conseille vivement, en sachant qu’elle laisse un drôle de sentiment quand on termine un épisode. Il s’agit d’une dystopie, c’est à dire une fiction où les gens ne peuvent pas être heureux. Dans un futur proche, le gouvernement américain se fait renverser par une secte qui prend le pouvoir, les femmes n’ont plus le statut de citoyenne. Pendant que le reste du monde assiste à cette transformation des Etats-Unis, de la même façon que moi j’écris tranquillement sur un blog dans mon joli pays, quand des gens dans certains pays n’ont pas accès à Internet par exemple, et n’ont aucune liberté d’expression.

Je disais que l’actrice principale était brillante, je le pense, elle a une capacité de jeu que je vois rarement et encore moins chez des acteurs de série. Une amie à moi a commenté que depuis qu’elle savait que Elizabeth Moss était scientologue, elle n’approuvait pas le choix de l’actrice pour incarner le rôle d’une « opposante » de ce sytème sectaire dans la série. Selon les pays, la scientologie est une secte absolue, une religion, ou un mouvement de « développement personnel » un peu étrange, et je pense que ce n’est pas avec les recherches que j’ai pu faire pour cet article, que je saurais la qualifier moi-même.

J’ai longtemps été croyante et je suis passée par une grosse phase de réflexion, avant de choisir de ne plus l’être, il y a 8 ans. Pour moi aucune religion n’est bonne à suivre telle quelle en 2017, et je dois dire que je ne trouve pas le mot religion plus respectable que le mot « secte », les déviances y sont aussi très graves, non pas par faute de la religion elle-même mais par la faute de ceux qui la pratiquent et l’interprètent. Mais cela ne concerne que moi et résulte de mon expérience personnelle, il ne s’agit en aucun cas d’une offense à la religion et à tous ses pratiquants.

Elizabeth Moss est publiquement rattachée à la Scientologie, donc elle n’aurait pas due être choisie pour incarner une opposante de la secte ? Après quelque secondes de réflexion j’ai simplement pensé « Vais-je arrêter de suivre une série parce que l’actrice est scientologue ? » J’ai lu des trucs sur la scientologie du coup, bon, je ne suis pas plus choquée que ça, si ce n’est par ses dérives, et à vrai dire je n’ai pas besoin d’en savoir plus. Par ailleurs elle est scientologue de naissance, par expérience je sais qu’on a la foi de ses parents par défaut dès lors qu’ils sont croyants. Certains s’en détachent en grandissant, certains y trouvent leur bonheur, d’autres se font berner et pensent y trouver leur bonheur, d’autres prétendent le rester pour ne pas se faire rejeter du cercle familial. Moi je ne sais pas dans quelle mesure elle la pratique, si elle adopte tous ses principes, et quand bien même elle le ferait ?

Dans ma réflexion je ne fais que remettre en contexte sa croyance. Si elle avait été néo-nazie je n’aurais peut-être pas tenu le même discours.

Malheureusement si donner son avis tranché sur tout est répandu, la remise en perspective des faits l’est beaucoup moins.


Où est réellement le problème ?

Revenons au film Gauguin.

Déjà au premier niveau nous avons l’artiste lui-même, dont les oeuvres ont été appréciées, vendues, avec lesquelles il a gagné de l’argent, dont des oeuvres sont exposées dans des musées, des espaces publiques. Sachant que le peintre a eu des relations sexuelles avec des adolescentes dans les années 1890, devrions-nous censurer ses oeuvres ? Ou évoquer ses tendances pédophiles lorsqu’on parle de lui et de son travail ?

La réponse n’est pas évidente, et se rapporte à la Culture en général. Polanksy a dû renoncer à présider les Césars, en raison des affaires d’agressions sexuelles dans lesquelles il baignait. Comme beaucoup de monde, la ministre des droits des femmes alors en poste était choquée qu’on puisse lui confier la présidence des Césars. A l’inverse la ministre de la culture l’a soutenu. Après tout, vrai ou faux, selon elle les faits datant de plus de 30 ans, il y aurait prescription. Lorsqu’il s’est fait arrêté en 2009, Frédéric Mitterand alors ministre de la culture (et adepte du tourisme sexuel, cela dit en passant) l’a publiquement soutenu. Au nom de tout le pays donc. C’est ce qu’on appelle l’exception sexuelle*. Au nom de la liberté de l’Art. Le choix serait libre. L’art (tout comme la Politique) échapperait à la loi, aux réalités du monde ?

Certains films de Polanski sont brillant, et les oeuvres de Gauguin mettant en scène ces jeunes filles, sont contemplées et admirées. Il est donc évident que nous faisons tout naturellement la distinction entre un artiste et ses tares, et ce qu’il est capable de produire…

Au final, d’un point de vue purement artistique nous pouvons faire cette distinction, même si lorsqu’il produit une oeuvre un artiste y met une part de lui, il n’y a pas forcément de lien direct entre ses convictions ou ses perversions et son message artistique, ce n’est pas parce que j’écoute Wagner que je cautionne son lien avec les nazis ou que sa musique en fait l’apologie. C’est à nous, public, de faire la part des choses.

Le problème qui se pose réellement est que dans les faits, les mondes de l’Art et de la Politique, font exception, ils sont au dessus des lois, ne sont pas jugés comme tout le monde et bénéficient d’une sorte d’immunité qui elle est inacceptable.


Pratiques archaïques VS Moeurs actuelles

Au deuxième niveau, le film Gauguin se veut basé sur un livre de Gauguin lui même, le réalisateur ne s’est jamais vanté de faire une biographie du peintre. Certes le peintre aborde lui même ses jeunes conquêtes dans son livre, sans en mesurer la gravité apparemment (on y reviendra), le réalisateur n’est pas un documentaliste ou un journaliste, il a choisi un angle pour son film, qui n’est en aucun cas tenu d’avoir une visée politique, pourquoi considérer qu’il était obligé de dénoncer Gauguin ?

Une fois encore, on ne remet pas en contexte, nous sommes en 2017, nous sommes en France, peut-on juger des actes datant de plus d’un siècle avec nos critères actuels ? Soyons clair, je trouve ça clairement révoltant qu’une jeune fille de 13 ans ait des rapports avec un homme de 43 ans, même lorsqu’elle est consentante, le consentement étant biaisé. Et là encore si on veut nuancer on le peut : la liberté sexuelle voudrait qu’une jeune fille de 16 ans puisse fréquenter un homme de l’âge de son père si elle le souhaite. La maturité étant clairement une affaire personnelle.

Mais nous parlons ici d’une époque différente, d’une culture différente, d’une civilisation différente, où à 13 ans une fille n’était pas forcément considérée comme une enfant, et tous les coloniaux s’adonnaient à ce que nous appelons aujourd’hui la pédophilie. Allons plus loin, en 1891 la traite des noirs a été abolie depuis 43 ans seulement, officiellement. Pendant des années elle a perduré dans les colonies sous forme de travail forcé, et c’est qu’en 1946 que celui-ci fut aboli. Oublions même l’esclavage, on parle de colonisation, une pratique déjà horrible en soit, basée sur le principe que les personnes de couleur sont des sauvages, qu’on peut tuer, utiliser pour assouvir ses pulsions, qu’il s’agit d’être PRIMITIFS. Le peintre parlait d’elle comme d’un animal. Sur ce principe pourquoi le réalisateur ne pointe pas du doigt la colonisation également ? Ou le racisme qui voudrait qu’il existe des populations supérieures aux autres ?

Je n’ai pas vu le film et ne cautionne en aucun cas ses pratiques, je voulais juste mener une réflexion, s’il s’agissait d’une biographie ce serait encore différent, et là il aurait fallu aborder tout ce contexte. Et encore, les biographies que l’on voit au cinéma sont bien souvent des hagiographies, à savoir qu’elle ont tendance à valoriser la personne évoquée, jusqu’à dresser un portrait beaucoup trop positif aux pires enflures.

On peut donc juger des faits passés, remettre en question et dénoncer des pratiques d’hier ou d’aujourd’hui, mais la remise en perpective est alors capitale pour avoir un débat constructif.

  • David Hamilton aurait violé des modèles entre 13 et 16 ans.
  • Mickael Jackson aurait abusé d’enfants.
  • Will Smith serait aussi un adepte de la scientologie.
  • Polanski a visiblement eu des rapports sexuels avec une jeune fille sous emprise de drogue et sans consentement.
  • Bill Cosby est accusé d’agressions sexuelles par une dizaine de femmes.
  • Woody Allen, a été accusé par sa fille adoptive d’agression sexuelle.

Bref. On a saisi. On continue souvent de saluer le travail de chacun de ces hommes malgré tout, à chaque personne de savoir si elle est capable de le faire en faisant la part des choses… Mais l’ennui est qu’ils jouissent d’une liberté et d’une immunité que leur célébrité leur confère. Et c’est bien là le problème.

J’ai écrit cet article avant l’affaire Weinstein qui fait beaucoup parler depuis quelques jours, affaire qui ne fait que confirmer le fonctionnement de notre système infecté jusqu’à la moelle.

Je critiquais les polémiques alimentées à tord par les médias sociaux, mais s’il y a une chose qu’on peut saluer, c’est qu’ils permettent de faire changer les choses. Avant l’argent et les contacts suffisaient à passer sous silence ces comportements dégueulasses, aujourd’hui, si la loi ne les condamne pas comme il le faudrait, au moins, les coupables sont identifiés, et leur image peut être suffisamment compromise pour qu’ils finissent sur liste noire. A défaut d’être en prison, ils ne travailleront plus (espérons le), les mentalités évoluent doucement, mais elles évoluent, et c’est déjà un pas…

Du coup c’est à vous, si je dis de la merde, vous avez le droit de le dire, si vous êtes d’accord aussi, et puis n’hésitez pas à donner votre point de vue, vos retours m’intéressent beaucoup pour le coup !

Ces dernières semaines ont été compliquées pour moi, je poursuis mes examens médicaux et suis préoccupée par beaucoup de choses, du coup je galère un peu à publier, j’ai peu confiance en ce que j’écris et c’est peut-être pas le moment idéal pour publier des articles où je peux être attendue au tournant aha. Alors que les articles sur ma lingerie ou les hôtels que je découvre ne me posent pas de difficulté ^^ Mais vous me connaissez, si j’aime tenir ce blog c’est pour la possibilité que j’ai de varier les contenus et de m’exprimer vraiment. Bref c’est un équilibre que j’ai du mal à retrouver mais j’y crois ^^. Du coup j’ai pas mal modifié cet article en ayant peur des réactions, j’ai passé quelques heures dessus donc je tiens quand même à le publier plutôt que de le laisser dans la corbeille. En espérant que ça me facilite la tâche par la suite !

Des bisous mes petites belettes, merci d’être toujours là même quand je publie de façon un peu hasardeuse. LOVE PEACE.

Dans le même genre

Mood 10 • 05 • 17

Dis Papa, peut-on vraiment être une bonne personne ?

Quand j’étais petite, jusqu’à assez tard…

Peut-on être une bonne personne par nature, pourquoi faire le bien différence entre moral et légal blog humeur société paris
Mood 30 • 10 • 16

Ca y est, j’ai compris pourquoi il existe des gens contre l’avortement et le mariage gay. Démonstration scientifique à l’appui.

Attention, cet article est volontairement un peu provoc hein

u_avortement
Mood, Trip 12 • 10 • 16

Quand une rencontre vous aide à voir la vie autrement : The brewery avec Andre Miripolski

Les rencontres vouées à rester uniques…

u_andre
Mood 28 • 07 • 16

Ma chère France, ne te fie pas aux médias s’il te plait…

Et si on tirait une balle dans le pied du pays, juste pour voir ?

Mood 29 • 05 • 16

La fêtes… des gens qu’on aime.

Je suis tombée sur une photo que quelqu’un avait partagé sur Facebook…

Fête des mères tradition obsolète fête des gens qu'on aime blog lifestyle société paris dollyjessy

12 commentaires

  1. nath dit :

    Coucou,

    article tres intéressant sur un sujet auquel je pense régulièrement…en la personne de Michael Jackson. Personnellement je ne peux pas, mais vraiment pas admirer l’œuvre, l’homme en sachant ce qu’il a fait…Des arrangements à l’amiable ont ete trouvés avec les familles des enfants concernés mais non
    Donc la seule chanson que j’apprécie de cet artiste c’est ABC 123 lorsqu’il était jeune et naturel.

    Comme tu l’écris, je me demande aussi si parce que tu es un homme politique connu ou un artiste, la loi ne devrait elle pas s’appliquer a toi??? Et je n’ai vraiment aucune indulgence pour ceux qui touchent des enfants…

    Cela me fait penser à un post de Violette de Sois belle et parle ou le sujet Bertrand Cantat est abordé…. http://soisbelleetparle.fr/le-jean-jacques-goldman-130/#more-44937

    vaste réflexion…

  2. Aurore dit :

    Comme tu l’as si bien dit, ce qui m’énerve dans tout ça c’est surtout le fait que ces personnes parce qu’elles sont célèbre, qu’elles ont du pouvoir passent au dessus de certaines lois. Polanski par exemple on peut penser en effet que c’était une autre époque, il a vécu aussi des choses vraiment horrible mais à la fin ça reste un p***** de privilégié, invités dans les plus grands festivals, des célébrités qui font des pétitions pour le défendre bref on est loin d’un quotidien lambda et c’est surtout ça qui a tendance à m’énerver.

    A l’inverse, on a aussi tendance à oublier que derrières ces artistes et ces hommes politiques, il y a des êtres humains avant tout avec leur bons côtés et leur mauvais. J’étais tellement choqué du nombre de commentaires sur l’affaire Weinstein de personnes qui disaient : « Mais pourquoi elle l’a pas dit avant alors ? Et ça prouve bien qu’elles pensent qu’à leur carrière ». Empathie —> 0 Ce sont des actrices, elles sont riches et célèbres maintenant donc forcément elles auraient dû faire un scandale et courir à la Police sauf que non, ça reste avant tout des femmes face à un gros pervers et surpuissant dans leur secteur d’activité.

    Bref comme tu l’as si bien dit tout est une question de nuance et c’est important de prendre du recul sur les choses.

  3. Poppy dit :

    C’est une question très épineuse que tu soulèves bien je trouve.
    Personnellement je n’arrive plus à apprécier une oeuvre quand j’apprends certaines choses. C’est aussi une question de société pour moi, celle où l’homme d’autant plus s’il est célèbre, artiste, a tout les droits. David Hamilton, Terry Richardson, Claude François, tout les autres, ce sont des hommes qui ont profité de leur statut de privilégiés pour abuser de (très) jeunes filles, de femmes et n’ont jamais été inquiété.
    La polémique autour de Bertrand Cantat en est un excellent exemple, qui, comme tu le dis, confirme que nous vivons dans un système bien vérolé. Parce que ce sont des Artistes, il faudrait leur pardonner et les laisser continuer leurs jours tranquillement. Je ne suis pas d’accord, ces hommes ne devrait plus avoir le droit à la lumière. Espérons que les débats que se déclenchent en ce moment puissent faire évoluer les choses

  4. Je suis admirative de la manière dont tu traites ce sujet si délicat (je me refuse beaucoup d’expressions publiques de peur de faire un impair). Et globalement, je pense être d’accord avec ta vision des choses, et notamment la nécessite de remettre dans le contexte et de remettre en question cette impunité qui semble régner dans certains milieux. Par contre, je n’ai pas encore trouvé de réponse claire et personnelle à la question d’admirer une oeuvre en faisant abstraction de son auteur ; je fais souvent du cas par cas je crois, en fonction de ma propre sensibilité. Mais au fond, n’agissons-nous pas tous de la même manière ?
    Belle journée (& plein de bonnes ondes pour les examens médicaux) ♡

  5. La Boodeuse dit :

    Quel sujet passionnant! Mais quel sujet prise de tête aussi.

    Je me pose souvent la question. Par exemple avec l’affaire Weistein, cela veut-il dire qu’on ne doit plus regarder ses films? Des films qu’on regarde depuis des décennies ? Je ne crois pas. Je veux dire il en a tellement produit en plus. Alors oui ça va me gêner de savoir que le mec va toujours toucher de l’argent après ce qu’il a fait mais vraiment est-ce que ça changerait quelque chose d’arrêter de les regarder. Il y a en plus tellement de protagonistes derrière.

    Michael Jackson aussi est un bon exemple. Je suis cela dit persuadée qu’il n’a jamais rien fait, le pensant totalement asexué. Mais quoique tu fasses tu chanteras un jour ses chansons, tu les auras en tête etc. L’homme est peut-être mauvais, le musicien lui est un génie. Je ne dis pas qu’il faut pardonner aux génies monstrueux mais il ne faut pas s’en vouloir d’apprécier leurs oeuvres.

    Ne doit on pas plutôt en vouloir aux gens qui acceptent de travailler avec ces prédateurs et ne rien dire ? Ces acteurs qu’on admire et dont on ira voir le film sachant la personne qui le réalise ou le produit, ce producteur qui fera des rythmes entêtant pour ce chanteur dont on sait qu’il fait du mal?

    Après ça va être au cas par cas comme ça a été dit plus haut. Selon les situations. Mais j’aime ton point de vue et ta façon de traiter le sujet.

    Bell journée :)

  6. Lila Sugis dit :

    C’est assez complexe comme question, il est vrai.

  7. Lila Sugis dit :

    C’est assez complexe comme question, il est vrai.

  8. Laetitia dit :

    Merci Jessica pour ton point de vue.

    Dans un tout autre thème, ta réflexion m’invite à me poser une nouvelle question: peut-on tout dire sous couvert d’humour? Peut-on rire de tout?
    D’après Desproges oui!

    Mais alors pourquoi Dieudonné n’en aurait-il pas le droit? (Attention, je ne dis pas que je cautionne tous ses sketches! Mais je ne les regarde et entends qu’au second degré). En effet, d’après certains il ferait l’apologie de la haine, est taxé d’antisémite (à mon sens il est antisioniste, ce qui est tout à fait différent. Il suffit de regarder ses sketches pour s’en convaincre). Il est alors condamné pour des mots! Tandis que d’autres n’ont pas été condamnés pour leurs actes!
    En quoi cela serait-il alors plus choquant, sur le principe, que d’aller au théâtre de la main d’or l’écouter que de remettre des prix à Polanski et consorts?
    Je me permets ce rapprochement, ce parallèle, hasardeux car cela ne fait que confirmer que nous vivons dans une société bien hypocrite, je ne vous apprends rien.
    Deux poids deux mesures.

  9. Sujet très intéressant que tu as bien développé je trouve dans toutes ces contradictions.

    Je suis par exemple une fan inconditionnelle des films de Polanski, c’est un de mes réalisateurs préférés. A chaque fois que j’en parle sur Facebook je me prends un commentaires du genre « ah tu aimes ce que fait ce violeur ». Et à chaque fois je suis obligée d’argumenter que je distingue l’artiste de son art et que sa vie privée n’a rien à voir avec le contenu de ses films. Je trouve ça épuisant les gens qui voient les choses tout blanc ou tout noir…

    Je ne crois pas que tu ais cité Bertrand CANTAT ? Là, on a encore du débat en perspective.

    Bref, merci d’élever le débat avec cet article.

  10. sunsiare dit :

    Vaste sujet très bien traité, je n’arrive pas à faire le distinguo et pour autant respecte ceux qui le font, à titre personnel dès que j’apprends des comportements tels que ceux décrits ces personnages publics perdent leur aura et l’intérêt que je peux avoir pour eux, quelque chose se brise… sinon j’espère que tu vas mieux et que les examens que tu fais te permette d’obtenir des réponses, je t’embrasse Jessica

  11. Gemini dit :

    Salut.
    Ce qui m’intéresse le plus au final c’est cette notion d’impunité.

    Si l’oeuvre d’art s’autorise toute forme d’expression, si elle peut se permettre d’évoquer l’impensable, de donner à voir l’innommable, d’exposer l intime dans ce qu’il a de plus étrange et de plus merveilleux. Son langage est au delà des lois.
    L’artiste, lui, porte un regard sur le monde qui l’entoure, il nous le donne à voir, parfois nous le révele mais il se révele et s expose au travers de son œuvre.
    Il a cette possibilité d’exprimer la part la plus sombre ou la plus merveilleuse de sa personne, ou de la taire.
    Au nom de la liberté d’expression artistique il est libre d’etre ou de paraître.

    Mais l’homme derrière l’artiste est un homme.
    Ses actes sont condamnables s’ils sont en dehors du cadre moral fixé par notre société et ses lois.
    Un violeur est un violeur, qu’il soit artiste, génie, célèbre ou commun des mortels.
    Ce que notre société condamne c’est l’ACTE commis par une personne et non qui elle est.
    Moi aussi je suis écoeurée par l’impunité presque établie de certains artistes, hommes politiques…etc.

    Nous ne perdons pas un « génie » lorsque nous le condamnons pour ses crimes nous gagnons en estime et en confiance vis à vis de notre société et de son système judiciaire.

    Merci pour ce sujet, je suis tombée sur ton blog par hasard et j’ai aimé prendre le temps de réfléchir à une partie du problème. Car je me sens moi aussi en décalage avec les prises de positions parfois trop agressives et rapides des réseaux sociaux.

    Au plaisir de te lire.

  12. Adeyle dit :

    Merci pour cet article traité avec tant de finesse et d’intelligence!
    Je te trouve trés nuancée et juste dans tes propos, tout en élevant le débat sur ce sujet si délicat… Et je suis d’accord en tous points!
    J’essaie d’être quelqu’un de droit et tente le plus possible d’être en accord avec mes convictions, mais j’avoue que sur ce point, ce n’est pas toujours si facile: tu évoques par exemple Michael Jackson; je suis une fan de ses musiques, je ne peux pas ne pas écouter car elles me font un bien fou! Et pourtant je ne cautionne absolument pas les actes qu’il a commis, bien au contraire. Et quand on se penche un peu sur sa personnalité, il y a aussi des côtés de lui qui le rendait très attchant et touchant. Finalement, ça démontre bien que rien n’est jamais tout noir ou tout blanc (sans mauvais jeu de mot par rapport à MJ haha) dans la vie… et qu’il faut des nuances dans nos propos, comme tu le dis!
    Merci pour tes articles et je t’envoie plein de bonnes ondes pour cette période compliquée

    Ps: lorsque tu parles du réalisateur du film sur Gauguin, tu dis qu’il n’est pas documentaliste, je crois que tu veux plutôt dire documentariste ☺️

Répondre à Poppy Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Instagramons - nous

épinglons – nous

  • Grapefruit Curd Tart
  • @elisemus
  • Strawberry Lime Cupc
  • Happy 2017 friends!
Retour en haut
© 2013 Dollyjessy - tous droits réservés